Blessure, comment revenir rapidement ?

Comme n’importe quel sport, le football comporte des risques.La première bonne nouvelle est que la plupart des blessures liées à la pratique du ballon rond sont bénignes ou légères, mais savez vous comment traiter vos blessures ?

Click For Foot est allez voir Nicolas Dyon, préparateur physique du FC Lugano pour obtenir des éléments de réponse sur la blessure dans le football et vous aider à revenir encore plus fort.

Comment traiter correctement une blessure dans le football ?

Le traitement d’une blessure dépend de plusieurs facteurs :

  • La typologie de la blessure (musculaire, tendineuse, articulaire ou ligamentaire)
  • La gravité (on parle souvent de stade de blessure : stade 1 / stade 2 / stade 3)
  • L’origine de l’accident (contact / seul / torsion / chute..) il est selon moi très important de visualiser par la vidéo quand on le peut comment est arriver la blessure ? Çà nous aidera à analyser les causes et indirectement la mise en place du protocole de soin puis de réathlétisation.
  • Les antécédents du joueur (a t il déjà été blessé à cet endroit et selon quelle gravité ? S’agit t il d’une rechute ou d’une récidive ?
  • Des moyens technique et scientifiques dont dispose le staff médical bien sûr. Mais malgré tout il y’a des principes à respecter quelque soit le niveau du club !

Comme le principe d’urgence RICE : recovery / ice / compression / élévation (repos / glace / compression / élévation )

Comment faire pour ne pas perdre ma forme physique durant ma blessure ?

Il y’a des possibilités de garder le joueur sous pression malgré la blessure. Maintenir une activité cardio vasculaire comme le vélo en salle, le Moutain bike, le vélo du haut du corps pour les joueurs touchés aux membres inférieurs. Le joueur doit à cette période être très vigilant sur son alimentation car sa dépense énergétique est moindre et il doit veiller à ne pas prendre de poids.

La musculation du haut du corps permet aussi de maintenir un niveau de sollicitions musculaire intéressant pour l’organisme.

Je veux jouer un match important mais je ne suis pas encore à 100% as-tu un conseil ?

Je pense qu’un joueur pro ne commence jamais un match officiel sans aucune douleur. Bien sûr elles sont souvent petites. On parle plus de gènes que de blessures.

Après il y a l’acceptation du joueur face à la douleur qui varie d’une personne à une autre. Le contexte est très important : L’équipe est dans une période positive avec beaucoup de victoires ou au contraire une période négative avec beaucoup de défaites. Souvent le joueur a peur de perdre son poste et cache des douleurs.

C’est au staff technique et médical d’être vigilant. À mes jeux l’entraînement de veille de match est capital. Raison pour laquelle selon moi elle doit être très intense. Car un joueur qui ne s’engage pas à 100 % la veille de match par peur de se refaire mal sera dans le même état d’esprit 24 heures plus tard. Les conseils que je pourrais donner à un joueur sont les suivants :

– Réaliser un pré échauffement en salle.
– S’engager à 100 % dans l’échauffement terrain d’avant match.
– Ne pas trop penser à cette blessure. Se concentrer sur sa performance.
– Lors du match sortir avant les autres pour refaire un mini échauffement.

Comment faire pour ne pas faire de rechute ?

La rechute est la peur principale des staffs techniques et médicaux. Pour la plupart du temps le risque est élevé dans les blessures musculaires. Notamment les lésions musculaires aux ischions jambiers. Certains délais sont incompressibles et ils faut les respecter (sinon le risque augmente) malgré parfois la pression indirecte des staffs pour gagner du temps.

La phase de réathlétisation est capitale pour tester toutes le situations à risque que e joueur va prochainement rencontrer en match (frappe / changement direction imprévue / tacle glissé / accélérations décélérations / montée jambe hyper extension pour aller chercher un ballon / duel au sol / duel aérien…)

Cette période doit aussi donner confiance au joueur qui forcément aura une forme d’appréhension. Elle doit l’aider à lever des barrières de doute psychologique.

Source: Click For Foot & Nicolas Dyon